Nos sens dans tous leurs états

Raconter des histoires pour éveiller nos sens

J’aime l’idée de pouvoir à travers ma plume, raconter des histoires sous toute leur forme, quelles qu’elles soient. L’écoute fait partie intégrante de mon travail. L’ouïe est donc certainement le sens dont je me sers le plus, pour mettre en valeur ce que vous me relatez. 

Et vous, quel est celui que vous utilisez-vous le plus ?

La vision occupe le haut du panier, le gout n’est pas loin derrière non plus. Le toucher et l’odorat restent nos « parents pauvres ». Bien souvent en fonction de nos activités, nous en employons certains plus que d’autres. Pourtant nous faisons rarement l’effort d’éveiller nos cinq sens en même temps.

En cette période de fêtes et pour marquer cette synergie des sens, j’ai eu envie de faire le test avec la boisson de circonstance de nos moments festifs: le champagne.

Faire exploser son palais - une expérience "extra - ordinaire"

Boire du champagne est pour moi une expérience « extra – ordinaire ». Tout en faisant appel à mes cinq sens, celle-ci est évocatrice de joie de bonheur, d’amour, de partage et de surprise. Je vous propose de me suivre, dans voyage onirique empli de volupté et de sensualité.

A la découverte de la bouteille

Je commencerai par le tout premier instant celui qui va vous mener vers cet objet si particulier, celui qui vous le fera choisir. Reconnaissable entre toutes, la bouteille de champagne est attirante par ses courbes, sa rondeur toute en finesse et son long cou étroit se terminant par un goulot avec un léger renflement. Puis cette couleur, le plus souvent vert sombre qui donne l’impression que le flacon contient un trésor précieux. L’étiquette et l’habillage du bouchon dorés viennent conforter ce trouble mystérieux et  en même temps apportent un air de fête.

La choisir et la toucher

Puis, vient le moment d’attraper la bouteille. Regarder, observer laquelle choisir, la plus belle, la plus chère, une grande maison ? Le choix n’est pas simple, elles rivalisent toutes de beauté, telles des œuvres d’art exposées. Puis la main se tend et prend celle qui aura saisi notre émoi. Au premier abord, vous êtes surpris par son poids et en même temps cela nous rassure, car elle contient un secret à conserver. Avant de se l’approprier, il nous faut l’apprivoiser : caresser ce verre épais, si lisse légèrement contrebalancée par l’étiquette et l’habillage du bouchon froufroutant sous nos doigts qui laissent supposer encore ici un ébahissement.

Une fois choisie, nous devons la conserver avec précaution, au frais entre 8 et 10°. Puis le moment de la dégustation arrive et là encore un vrai rituel, avec un nouveau cycle qui débute.

Ouvrir la bouteille et écouter son bruit

Ouvrir une bouteille de champagne et rien que le fait d’écrire cette périphrase nous plonge déjà dans un univers de fête et de partage. On retient son souffle et on observe: incliner légèrement la bouteille, dégager la boucle du muselet, le retirer avec l’habillage, dégager doucement le bouchon, entendre le pschitt… ça y est les bulles sont lâchées…, mettre le bouchon de côté pour ne pas oublier qu’il nous rappellera un moment joyeux de nos vies, servir le liquide couleur or dans des flutes appropriées pour conserver les bulles.

Humer le breuvage

Prendre son temps, rapprocher son nez du nectar, le humer, laisser exploser les effluves avec un thème majeur fruité, fleuri, boisé et après chaque gorgée se relaisser transporter pour affiner les gouts et les aromes. Observer la couleur plutôt dorée, rosée un peu plus blanche, en tout état de cause scintillante et pétillante.

Gouter aux bulles

Enfin, nous arrivons à la dernière étape, tremper nos lèvres à peine, juste suffisamment pour nous procurer un petit frisson, puis prendre une gorgée, la garder en bouche pour retenir les bulles – tout contre le palais et laisser couler en gorge doucement pour les faire exploser, telle une déflagration de plaisir et de bonheur. 

Et vous quelle expérience met en branle tous vos sens ? Partagez les moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.