Parlons passions et Haïkus

Sur un air de fête ...

J’aime cette période de l’année un peu charnière où tout n’est qu’ambivalence. Le mois de novembre vient de se terminer et a continué à prendre ses aises début décembre. Nous sommes tous un peu « so-so » comme le diraient nos amis anglo-saxons. En manque de soleil, de lumière, inondés de pluie et de grisaille, nous nous trainons tous un peu.  Pourtant impossible de fermer nos oreilles, nous entrons de plain-pied dans le mois de décembre et là nous n’entendons plus parler que cadeaux, fêtes, de nourriture et cela fait du bien. Le soleil n’est toujours pas au rendez-vous, pourtant les lumières de la ville scintillent partout. Et j’aime me laisser porter par cette folie communicative, un peu commerciale peut-être et alors ! Pour un temps, baissons les armes, laissons-nous aller et profitons de cette parenthèse joviale pour parler passions.

Je trouve donc que la période est propice pour vous en partager une qui m’anime depuis quelques années. Et nous allons commencer par une devinette :

3 vers - 17 syllabes - Connaissez-vous les haïkus?

J’adore ces petits poèmes d’inspiration japonaise et j’avais très envie de partager cette expérience un peu initiatique avec vous. 

Les haïkus sont si brefs qu’ils se susurrent dans un souffle, dans une inspiration. Ils se lisent à haute voix, deux fois. Je vous laisse essayer :

De quel arbre en fleur?
Je ne sais pas –
Mais quel parfum

Matsuo Basho

Donc nous disions 3 vers, 17 syllabes, nous sommes très loin de la poésie occidentale, rimée, métaphorique, répétitive, avec des effets de style.

Le haïku est volage, léger, on a l’impression d’une bulle de savon sur laquelle on souffle et qui va disparaitre instantanément.

L’eau les dessine
Puis l’eau les efface
Les iris

Chiyo-Ni

Le haïku c’est la volonté de capter un instant de vie, de transmettre l’essentiel. Notre société s’enivre de mots, de tournures, le haïku nous permet d’épurer et ainsi d’apporter un regard différent sur la vie et le monde. Le Haïku est un instantané, une photo, un moment, un essentiel, un mouvement de vie qui ne sera plus.

Capter un instant

 Le haïku c’est la volonté de capter un instant, de transmettre l’essentiel. Notre société s’enivre de mots, de tournures. Il nous permet d’épurer et ainsi d’apporter un regard différent sur la vie et le monde. C’est un instantané de vie, une photo, un moment, un essentiel, un mouvement de vie qui ne sera plus.

La nuit est à nous
Allons courir et nous cacher
Dans les étoiles

Philippe Macé 

Une petite histoire ici et maintenant

Le haïku raconte une histoire succincte en 17 syllabes. Vous savez à quel point j’aime raconter des histoires sur tous les supports et par tous les moyens. Les haïkus racontent l’histoire du moment présent. Bien souvent, nous racontons une histoire du temps passé ou nous nous projetons dans l’avenir. Nous ne restons jamais bien longtemps dans le temps présent pour nous y ancrer et le savourer.

Le haïku, c’est observer ce qui se passe ici et maintenant.  Vous pouvez donc observer tous les jours le même décor y remarquer quelque chose de nouveau et y accrocher un ultime ressenti. L’image sera la même et pourtant le cadrage sera différent. Un peu à l’image de Monet qui a peint ses nymphéas sous tous les angles, et à toutes les saisons.

 Averse du soir
Seule une femme regarde
À sa fenêtre

 Takarai Kikaku

Un petit Poème méditatif?

Certains le présentent comme un petit poème méditatif qui postule de l’impermanence de la vie et nous aide à nous recentrer.

Si le haïku devenait un exercice de respiration, je le verrais comme la vague de l’illustration. Ainsi, nous pourrions commencer par respirer doucement en 5 temps, puis nous retiendrions notre souffle jusqu’au deuxième vers de 7 syllabes et enfin nous relâcherions le tout en 5 temps de nouveau.

Les haïkus m’aident à voir la vie sous un autre jour, celle de l’extrême simplicité, puisque le haïku s’épure de toute fioriture. Pour moi, le son du haïku est devenu un vrai chant méditatif, que j’écoute au quotidien.

Soleil et pluie
Plusieurs couleurs à son arc
Le ciel

Ben Coudert

Les Haïkus vous plaisent, je suis ravie de vous avoir partagée un peu de ma passion. Vous souhaitez en savoir plus, échangeons et racontez-moi vos passions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.